Une mer d'opportunités

Érica Franco - Diário de Notícias da Madeira

Télécharger le PDF
Article original

L'année 2020 a donné à Diogo, Pedro et André la chance de s'installer sur cette île paradisiaque et de relever un nouveau défi professionnel chez Connecting Software, une entreprise internationale de TI qui se développe à Madère.

Diogo Pereira, 33 ans, est né à Funchal, et comme beaucoup d'autres habitants de la région, il a déménagé à Lisbonne pour aller à l'université. Pour quelqu'un qui a de l'ambition dans le domaine des technologies de l'information (TI) et une aptitude naturelle pour la communication, Madère semblait "trop petite" il y a 15 ans.

J'ai vécu à Lisbonne pendant environ 14 ans, et la dernière année, j'ai vécu à Porto. Je suis parti d'ici pour étudier et j'ai immédiatement commencé à travailler. Ensuite, j'ai épousé quelqu'un de là-bas. Cela n'avait aucun sens de rentrer chez moi alors que j'avais déjà une maison et toutes mes affaires là-bas, et que j'étais habitué à un certain rythme de vie.

Tout allait bien pour le jeune entrepreneur quand, en mai 2019, un grave accident de moto et une convalescence d'un an l'ont amené à changer de cap.

"J'ai eu un de ces accidents qui fait trembler. C'était vraiment grave (...) J'ai dû réapprendre à marcher, à m'asseoir, etc. Ça m'a fait redescendre un peu sur terre. Tout ne s'achète pas, tout n'est pas lié à la carrière. Peu importe le nombre de familles, elles n'étaient pas les principales et le temps est trop court pour que nous ne soyons pas avec elles. Je suis venu ici en juillet [2020] et j'ai dit à mes parents Si ça ne tenait qu'à moi, je partirais tout de suite. Ici, j'ai tout ce que je veux, ce dont j'ai besoin".

À ce stade, son histoire se recoupe avec celle de Connecting Software, une entreprise internationale d'intégration de logiciels basée en Autriche qui, en 2017, a décidé d'ouvrir une succursale dans la région, grâce à un partenariat avec l'université de Madère.

"J'ai parlé avec Carlos Lopes Soares de Start-up Madeira, par le biais de LinkedIn, et je lui ai dit que j'aimerais revenir, mais que je ne savais pas quelles opportunités existaient. Ce à quoi il a répondu : "Vous avez beaucoup d'opportunités ici". J'ai été surpris. Je ne savais pas qu'il y avait autant de sociétés informatiques, ou des sociétés comme Connecting Software qui travaillaient avec des clients à l'étranger (...) "C'est bien de sortir et de pouvoir revenir et valoriser Madère. Quand nous sommes ici, nous pensons que tout est petit, quand nous sortons, nous nous rendons compte que ce n'est pas comme ça après tout et que tout est ici".

La même chose s'est produite avec Pedro Noronha, 28 ans. Il a quitté Madère pour étudier l'ingénierie mécanique à Porto, puisque le cours n'existe pas ici. Après avoir obtenu son diplôme, il a occupé plusieurs emplois liés à l'environnement industriel et a fini par déménager de Porto à Lisbonne, où il s'est installé avec joie. Le retour à Madère ne faisait pas partie des plans, jusqu'à ce que la pandémie du nouveau Coronavirus frappe et que l'enfermement dans la capitale fasse parler plus fort son amour pour la mer et la nature.

"Quand tout le monde était enfermé en quarantaine à la maison, ce que ma copine et moi avons réalisé, c'est que ce qui nous manquait, c'était la possibilité d'aller en Espagne en voiture. Nous avons manqué d'aller à la plage ou de faire une randonnée dans les montagnes et tout ce qui existe à Madère (...), alors cette opportunité s'est présentée et j'ai décidé d'y retourner".

Le parcours d'André Rafael n'a pas été exactement le même, puisqu'il est originaire de la région de Leiria. Ils étaient cependant comme des racines faites par sa petite amie qui lui ont fait accepter ce nouveau défi. Le changement, avoue-t-il, "a été compliqué", car il s'est fait en très peu de temps et avec quelques restrictions "étant donné le contexte dans lequel nous vivons". L'adaptation a été "relativement simple".

"Le mode de vie ici est complètement différent : il est beaucoup plus calme, le contact avec la nature est beaucoup plus important, il n'y a pas tant que ça la localisation en ville et tout est proche. Tout cela contribue à une meilleure qualité de vie", bien sûr.

Diogo, Pedro et André sont trois des derniers embauchés de la société Connecting Software, qui emploie actuellement 18 personnes à Madère, dans une équipe dont la moyenne d'âge est de 30 ans. L'objectif - a déclaré le PDG de l'entreprise à la DIÁRIO - est d'avoir 20 travailleurs "bientôt" et "d'atteindre 40 employés peut-être déjà l'année prochaine".

"Au départ, quand je suis venu ici, c'était parce que je ne trouvais pas de personnel qualifié en Autriche et en Slovaquie et, par hasard, j'ai découvert que cette petite université existe ici. J'ai établi de bons premiers contacts et j'ai eu la chance de rencontrer des gens. Ça se passe de mieux en mieux. Nous voulons juste faire de la recherche ici, nous ne sommes pas intéressés à investir ailleurs", affirme Thomas Berndorfer.

"Madère est un endroit fantastique pour vivre", dit l'indication : "Il est proche du continent européen, le temps est superbe toute l'année, la nourriture est bonne, les gens sont amicaux, nous avons l'euro, nous avons la sécurité sociale... et c'est vraiment un endroit parfait".

Pour le secteur des TI, le potentiel est encore plus grand. "J'ai l'habitude de plaisanter et de dire que nous sommes à "Silicon Madeira". Nous avons le potentiel pour créer des milliers d'emplois ici (...) Le secteur des TI est parfait. Les gens veulent vivre dans un endroit agréable, nous n'avons pas besoin de grandes industries ou de transport de marchandises - car c'est l'un des problèmes de l'île - nous n'avons besoin que d'un ordinateur et d'une bonne connexion Internet (et l'Internet est très bon ici). Tant de gens seraient prêts à venir vivre à Madère", insiste-t-il.

L'année 2020 a donné à Diogo, Pedro et André la chance de s'installer sur "l'île paradisiaque" et de relever un nouveau défi professionnel chez Connecting Software, une entreprise internationale dans le domaine des technologies qui veut se développer à Madère. Tout cela en plein milieu d'une pandémie

D'autre part, il souligne que le fait que l'île offre des avantages fiscaux est également un atout pour attirer davantage d'entreprises internationales. "C'est un bon concept car il s'adresse aux zones les plus fragiles de la communauté européenne. Madère n'est pas reliée au continent, ce qui fait que c'est un désavantage naturel d'être loin du centre [de l'Europe]. La zone de libre-échange permet d'"équilibrer" le marché concurrentiel".

Pour tout cela, Thomas Berndorfer suggère au gouvernement de "cesser de mettre tout l'argent dans les hôtels" et d'investir dans le secteur informatique. "Tout l'argent est investi dans la promotion du tourisme et maintenant nous avons un problème : le tourisme et les hôtels ferment, et il n'a jamais été question de regarder autour de soi et de réaliser que d'autres entreprises peuvent être amenées à Madère", affirme-t-il.

Dans le scénario incertain dans lequel nous vivons, des entreprises comme Connecting Software apparaissent comme une "bouffée d'air frais" dans une phase de contraction économique du marché. Elle montre ce que Madère a à offrir et "donne quelque chose en retour à l'île".

"Nous voulons donner quelque chose en échange de l'île (...) nous avons l'intention d'embaucher des gens de l'extérieur qui sont fatigués de vivre dans les grandes villes ou le froid du Nord de l'Europe, mais nous voulons surtout donner aux Madériens qualifiés la possibilité de revenir sur l'île" filme Thomas Berndorfer.